INCONSCIENTS ! (billet prononcé au micro à l’émission “Excusez-moi de vous interrompre” le 27/05/2019):

Inconscient M. Brossat, inconscient Mme Aubry, inconscient M. Gluksman, inconscient M. Hamon, inconscients Mesdames et Messieurs les candidats et responsables des partis de gauche authentique ! Je ne suis pas plus malin qu’un autre, mais la première chose que j’ai apprise en politique quand, jeune étudiant à Toulouse, j’adhérai aux Etudiants communistes : c’est qu’on gagne à l’union et on perd à la division. Après le bon résultat des présidentielles pour la vraie gauche, la division donne maintenant le résultat qu’on sait. Comment, alors que c’était prévu, a-t-on pu s’obstiner dans les états majors politiques à vouloir se montrer chacun le meilleur en entrouvrant la tombe du mouvement révolutionnaire dans le grand pays des droits de l’homme ? J’avoue que c’est un mystère pour moi. Sans doute on ne veut plus de la compromission sociale-démocrate qui a fait le lit du capitalisme libéral mondialisé. Sans doute on ne veut plus jouer aux apprentis sorciers en préférant sauver des postes d’élus dans une glissade fatale. Sans doute a-t-on cru devoir éviter le pire, le « fascisme », en votant ce qui est vu comme moins pire, Macron et compagnie, alors que les mêmes commencent à nous donner du fascisme clandestin. Mais franchement, Mesdames et Messieurs, quel est le résultat ? Notre grand pays qui fut le phare européen et même mondial des humanistes et des révolutionnaires, se donne un parti xénophobe et d’extrême droite comme dominant ! En l’état des choses, je ne voulais voter ni Parti communiste, ni France insoumise, ni Socialiste. C’est ma petite-fille qui, allant voter pour la première fois, m’a convaincu qu’on ne renonce pas à un droit de vote conquis durement par nos aïeux. J’ai alors voulu sauver le plus faible en votant Brossat, pour qu’il atteigne les 5°/°. Je l’ai fait sans illusion, mais avec colère. Ma colère est grande, et ma peine est encore plus grande à voir que la France n’envoie pas de communistes au parlement européen. Mesdames et Messieurs, les jeunes veulent vivre un monde propre au climat et en politique, ils ont sanctionné et même montré du dégoût pour la politique traditionnelle, pour le monde tel qu’il est. Jusqu’à quand resterez-vous convaincus que vous avez seuls raison dans le naufrage ? Jusqu’à la fin resterez-vous aveugles et sourds ? Il ne me reste que peu d’années à vivre, s’il vous plaît, faites-moi mentir !