Francis Pornon

Ecrivain

Catégorie : Réactions aux actualités (page 2 of 2)

JACK RALITE EST VIVANT (billet sur Radio Mon Pais le 13/11/2017)

On annonce le décès de ce communiste ouvert, “à visage humain” comme on a pu dire. Longtemps maire d’Aubervilliers, ancien ministre communiste que Mitterrand avait craint d’affecter à la culture, tant il était compétent et passionné en la matière et apprécié des créateurs, il m’avait donné un entretien au temps où je collaborais à l’ancien hebdomadaire “Révolution”. Cet homme pesa souvent dans le sens d’une amélioration du statut des artistes et du traitement de la culture en France. Il est resté fidèle à ses idéaux tout en se prononçant pour une politique de large rassemblement démocratique. Adieu camarade. Salut l’artiste !

FRANCOPHONIE ET PRIX LITTERAIRES (chronique du 06/11/2017 à Radio Mon Pais)

Il y a un an, la jeune et avenante Leila Slimani recevait le très glorieux prix Goncourt pour son deuxième roman, :  “Chanson douce”. Ce lundi 6 novembre, elle devait se rendre à l’Elysée à 15 heures, pour un rendez-vous avec le jeune et avenant Emmanuel Macron, car l’auteur de 36 ans devrait devenir la représentante personnelle du président pour la francophonie.

Pur hasard du calendrier, c’est aussi ce lundi qu’est remis le prix Goncourt, prix littéraire le plus convoité du monde francophone, et que donc tout cela défraye la chronique. On parlait beaucoup d’Alice Zeniter avec L’Art de perdre, un roman où interviennent des souvenirs de l’Algérie. Il fallait un calculateur, c’est un danseur qui l’obtint. 55 ans après l’indépendance, la question algérienne n’est toujours pas digne d’un Goncourt en France.

Chapeau quand même au nouveau prix Goncourt :  L’Ordre du jour d’Eric Vuillard, édité chez Actes sud, la maison que dirigeait la ministre de la culture. Chapeau aussi aux communicants du jeune et avenant président ! Notons enfin que les prix littéraires sont évidemment indépendants de toute entreprise de communication et de commerce et tout aussi évidemment indépendants de la politique.

Bob Dylan, HUMANITE DIMANCHE, 20-26 octobre 2016.

ZENITER : Littérature et politique

On parlait beaucoup du roman L’Art de perdre d’Alice Zeniter (Ed. Flammarion) pour le prix Goncourt (il comptait d’ailleurs dans la dernière sélection par l’Académie). Je n’ai pas lu ce livre recommandé par une amie : Louise Lefaux, libraire à la librairie « L’Autre rive » située rive gauche à Toulouse. Une petite-fille de Harki, née en France et n’ayant a priori rien à faire de l’Algérie, va être concernée malgré elle…
Avant même de m’empresser de le lire (et peut-être d’en faire un coup de cœur), je note que son thème, retours de mémoire d’Algérie, semble sortir enfin, sinon des oubliettes, du moins d’un ghetto où se trouvait jusqu’alors, en France, remisé tout livre sur la question. Publiés chez des éditeurs maghrébins ou même français, au public captif : « qui a connu cela », les ouvrages sur l’Algérie restaient confidentiels. Tel est encore le sort du prix « Coup de cœur » décerné par l’association Coup de soleil en Occitanie et tel fut le sort de mes ouvrages évoquant l’autre rive, entre autres les romans : Algérie des sources (Temps des cerises éditions) et À la santé des pachas (Editions Après la lune), ainsi que mes  carnets de voyage: Algérie, Algérie Paroles d’Aube, Cap au Sud ( Temps des cerises) et En Algérie sur les pas de Jean Boudou (Vent Terral Editions). Quelle différence avec le sort de la question du Vietnam aux USA ! Affaire à suivre… avec intérêt. La suite est que ce roman de Zeniter n’obtint pas ce Goncourt (voir l’article sur la francophonie). Bonne rentrée littéraire quand même… en lisant deux ou trois bons romans, parmi presque six-cents romans parus cet automne !

Evtouchenko, article dans L’Humanité Dimanche, semaine du 27 juillet 2017

Le chant profond d’Evtouchenko, par Francis Pornon.

Evtouchenko, article dans L’Humanité Dimanche, semaine du 27 juillet 2017

Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016… C’est un évènement riche de sens !

Bob Dylan, prix Nobel de littérature.

Bob Dylan, prix Nobel de littérature.

Un chanteur pop couronné, j’entends les grondements de l’établissement littéraire !
Et pourtant…

Sad-eyed lady of the lowlands (paroles du refrain) :

Dame des terres basses aux yeux tristes,
Où le prophète aux yeux tristes dit que pas un homme ne vient,
Mes yeux dans le magasin, mes tambours arabes
Devrais-je les laisser près de ta porte
Ou, dame aux yeux tristes, devrais-je attendre ?

“Faisons l’amour, pas la guerre ! ” c’était un mot d’ordre soixante-huitard. L’Histoire actuelle revient parfois de loin. De nos jours la guerre est la continuation de la politique, au pire, pour maintenir la loi du plus fort, au Moyen-Orient et ailleurs.
Et pourtant, il y a un demi-siècle une jeunesse se dressa contre la guerre. Et pourtant, il y a presque un millénaire, une génération découvrait que l’amour est le contraire salutaire de la guerre…

 

« D’Amor es totz mos cossiriers… »

(D’Amour est toute ma pensée)

Et je ne tends que vers l’Amour […]

Car d’Amour vient, quoi que l’on dise

Ce qui vaut plus en sens et en folie

Tout ce que l’on fait d’Amour est béni.

 

« Cette morale de l’amour est le prélude des idées

qui feront plus tard de la France le flambeau du monde. »

Louis Aragon,

La Leçon de Riberac.

Newer posts »

© 2019 Francis Pornon

Site créé par Pundarikaksa Graphisme - Thème de Anders Noren