Photo de l'écrivain Francis Pornon

L’écrivain Francis Pornon est heureux de vous accueillir sur son site.

Une cinquantaine de publications dont quinze romans, c’est avec un peu d’arthrose, quelques centimètres en moins et une tête et un cœur pleins de beauté et d’amour, le résultat de pas mal de voyages intérieurs et extérieurs. Sans oublier un léger parfum d’amertume, mais le doux-amer est si bon !
L’auteur vit actuellement à Toulouse où il est retourné après l’Algérie, l’Ouest, l’Est et le Centre, avec quelques incursions au loin aussi. Il rencontre en Occitanie la grande Histoire de la fin’amor qui éclaira et illumine toujours l’Europe, pour peu qu’on veuille bien la lire (voir page Publications). Et il réagit parfois d’un coup de sang ou d’un coup d’estime publié dans la presse (voir page Articles). Il rencontre évidemment des livres auxquels il fait des coups de cœur (voir page Coups de cœur).


Nouveau roman

 

Progressivement en librairies et grandes surfaces dans toute l’Occitanie et le sud de Nouvelle Aquitaine (à commander ailleurs) :

Six personnages, émus par le cadavre d’une sans papier découvert dans un squat incendié, partent en quête de coupables… Ce roman dit “polar” car on y enquête, est aussi une sorte de testament spirituel en balade dans les rues et l’Histoire de la ville. “Il y a tant de poésie dans cette ville où même les mémés aiment la castagne.” “Un roman peint de rose et de noir” conclut l’éditeur.

 

 


Dernière réaction à l’actualité :

 

 

L’UNIVERSITE CAPITOLE : Et l’humanisme ? (RMP 30/11/2020) :

Deux monumentales portes au coin de la rue Albert-Lautmann et de la rue des Salenques, ouvrent sur un parc cerné d’amphithéâtres, bureaux et bibliothèque. Voici la « Toulouse school of Management » et les locaux d’associations étudiantes, partie de l’Université de Toulouse 1-Capitole, axée sur les sciences sociales (droit, science politique, économie, administration, etc.), se vantant de […]


Détail du tableau Le Médecin des pauvres de Jules Léonard.

Nouvelles du confinement

Pour tenter de résister au virus – et à la grande peur – par les “anticorps sociaux et culturels” (Edgard Morin) :

1. voici une nouvelle incluse dans un recueil collectif publié par “l’Académie des livres de Toulouse” en aide aux soignants : “Le Vieil homme et l’enfant”, nouvelle in Chroniques pendant le confinement, Les Éditions du net 2020.

lire ici

2. en voici une autre publiée au printemps par la Maison des Écrivains : “Peste noire sur la ville rose”, et qui vient de paraître cet automne in Rouges cent, Ed. Arcane 17, 2020.

lire ici

« Celui qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience. »
René Char – Fureur et Mystère, Ed. Gallimard